Commission d’enquête du 2ème Casier

--------------

-Sur les onze permanences tenues, 230 personnes au total ont été reçues en mairies par un ou plusieurs commissaires enquêteurs.

-Les 28 registres utilisés ont recueillis :

-1447 observations écrites et/ou signées par 1608 personnes.

-368 courriers ou documents

-Sur l’ensemble de ces avis un seul est favorable et encore avec réserves. Quelques observations ne font pas état d’opposition claire.

-Toutes les autres opinions ont été soit formellement opposées soit ont avancé des arguments ne faisant aucun doute sur l’hostilité au projet.

--------------

Et là, comme sorti du chapeau, sans tenir compte du rejet quasi-total du projet, voici, page 80, le résultat de la commission d’enquête : « Emet à l’unanimité un avis favorable à la demande d’autorisation concernant l’Installation Classée pour l’Environnement (ICPE) de stockage des déchets non dangereux (ISDND), Exploitation d’un Casier N°2 situé sur la commune de Castries, lieu dit « l’Arbousier ». Résultat bien sûr suivi de 3 réserves coutumières et 5 recommandations pour essayer de donner un peu de sérieux à l’enquête.

Qui plus est, ces messieurs, page 76, nous font la leçon : « Il est à signaler cependant que la grande majorité des participants à l’enquête ne connaissait pas le dossier technique et n’a pas souhaité le consulter à de rares exceptions ». Cette remarque est odieuse. Elle marque la partialité, la recherche d’éléments fallacieux de presque culpabilité à l’encontre de ceux qui sont victimes depuis 5 ans des errements des politiques. En 2005-2006, avant que le Conseil Municipal de Castries ne mette carrément et idiotement le doigt dans l’engrenage, bien avant que cette mission soit dévolue aux trois « experts », il suffisait de taper « méthanisation » et « décharge » sur un moteur de recherche Internet pour être au courant de ce qui attendait les riverains, les éléments techniques abondaient déjà. Beaucoup l’ont fait, ont donc su ce qui allait survenir, ont pu en retirer un avis compétent, forcement réticent mais pas « hostile » comme nous qualifie à tout bout de champ ce dossier pour sous-entendre un défaut de raisonnement. Beaucoup donc possédaient une expertise sur ce type de décharge et les inconvénients de la méthanisation avant même les « experts ».

Par ce procédé de mystification, la démocratie a été bafouée. Presque 2000 personnes ont rejeté le projet du Casier 2, sauf une. C’est elle qui l’a emporté. Les enquêteurs se sont donc foutus de nous, ils auraient dû nous dire « circulez, il n’y a rien à voir », c’eut été moins hypocrite.

Les 3 ingénieurs à la retraite ont eu beaucoup d’imagination pour nous présenter un dossier dont les conclusions sont diamétralement opposées à son contenu et à l’avis de ces presque 2000 personnes pleinement concernées. Sans vouloir attenter à leur honneur ou à leur compétence j’espère que leur vie professionnelle d’antan fut plus cohérente.

Mais pour tout dire étaient-ils nommés pour autre chose dans cette chaîne autoritaire où la désignation d’aucun autre site condamne Castries pour longtemps et où la démocratie est déficiente car :

-On ne vote pas pour le président de l’Agglo qui décide de tout, qui dans ses discours fait référence au « territoire de l’Agglo de 250 000 hectares » mais plus du tout à des communes devenues insignifiantes.

-On vote pour une myriade de maires-vice-présidents au pouvoir de plus en plus mince, rémunérés par l’Agglo donc assujettis.

-Nous sommes asservis par la grande ville qui s’arroge la presque totalité du pouvoir de l’Agglo.

-La puissance publique machiavélique écrase une minorité de 2 ou 3 %, non consultée, au profit d’une majorité passive, il est vrai non consultée également, dont la profonde réflexion au sujet de leurs propres déchets se limite à la fameuse phrase « Oui mais il faut bien les mettre quelque part ! ».

L’entente tacite de toute l’administration couronnée par une enquête publique de pure forme vient d’aboutir à la décision d’ouverture du Casier 2 (ou plutôt à la première alvéole du Casier 2 si celui-ci doit s’étendre jusqu’à Montaud …). Le Préfet, exécuteur des hautes œuvres (basses pour nous), faute d’autres solutions qui lui seront proposées, portera prochainement l’estocade.

Le processus est grossier, cousu de fil blanc … mais nous ne sommes pas dupes… les autorités le savent.

Cerise sur le gâteau, le parti écologiste dominant, incitateur du fabuleux projet d’Améthyst auquel Montpellier et Castries doivent un rayonnement national et même international dans le domaine de « ce qui ne faut pas faire », ne nous aide en rien à stopper ce désastre, signant par leur absence leur propre incompétence.

Dernier point : L’hyper mécontentement, exacerbé par l’étau de la puissance publique, peut provoquer comme souvent débordements et violences. A ce jour il n’en est rien et c’est bien. Merci aux responsables du Collectif de canaliser toutes ces velléités, de vouloir en permanence ouvrir un dialogue avec les autorités, bref de vous comporter en démocrates-apolitiques dans un cadre qui n’est rien de tout cela.

Ecrit par Jean Peuplu

Lu 3223 fois Dernière modification le vendredi, 03 février 2017 14:09

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.