Castriote...Patriote!!!

Heureusement il y a une justice. Peu à peu des gaz malodorants pour ne pas dire nocifs vu la diversité des dépôts, probablement plus lourds que l’air (ce n’est donc pas que du méthane), « cheminent » par la petite vallée de la Cadoule, poussés par les vents du Nord. La nébuleuse Agglo, baronnie des temps moderne, qui joue aux apprenti-sorciers en pondant des solutions pseudo-innovantes comme Améthyst, très couteuses et non fonctionnelles, qui impose par diktat les méfaits de son incompétence aux communes rurales devenues leur quasi-propriété, l’Agglo dis-je ne changera pas une chose, la direction des vents. Donc, quatre ou cinq kilomètres plus au Sud, ce vent du Nord, fut-il faible, vient révéler à la moitié Nord du village la présence malodorante de la décharge située sur sa commune. Le « poumon vert », slogan cher aux autorités locales, crache aujourd’hui du méthane et des composés inconnus dont une partie est brûlé par deux torchères gigantesques, à l’air libre, sans filtres et précautions, quel paradoxe ! Le « pic » de ces émanations est prévu pour 2018 pour le Casier numéro 1 auquel s’ajoutera le pic du Casier 2 en 2021 … à moins que les Castriotes viennent prêter main forte au collectif. Pour les casiers de 3 … à …Montaud, il ne faut pas s’inquiéter vu que les autorités, qui ne mentent jamais bien sûr, nous ont assuré qu’elles mettront fin aux dépôts dès le casier 2 rempli. Point de détail, ce type de décharge (voir Internet) demande une surveillance de 50 ans après l’arrêt des dépôts. Bref la fameuse décharge du Thôt de Villeneuve les Maguelone-Maurin-Lattes, fermée elle au bout de 30 années de lutte, est reconstituée à Castries.

Mais si par la vallée de la Cadoule transite du gaz malodorant on va rire, si je peux me permettre l’expression, quand quelques Phénomènes Cévenols, genre 30 centimètres d’eau en 24 heures, inonderont la décharge, dépasseront les capacités de gestion des réservoirs de lixiviats (ou jus de décharge toxiques) mettront à mal les 2 millimètres de la bâche et les quelques centimètres d’argile fissurée qui séparent les 400 000 mètres cubes de dépôts divers du Casier 1 … de la nappe phréatique. Sous-sol ultra calcaire, il y en aura pour tout le monde à travers les puits, les forages et la Cadoule via la source de Fontgrand et les ruissèlements non contenus.

Castries traversé par une rivière polluée et toxique ce n’est pas une vue de l’esprit, ce n’est pas du catastrophisme non plus on n’est pas à la télé, c’est déjà potentiellement possible. D’ailleurs il a été reconnu qu’un dysfonctionnement sur un bassin de rétention, fait d’une sorte de « toile cirée » qu’il avait fallu pétasser au plus vite, avait provoqué une fuite de 28 mètres cubes de lixiviat qui eux sont actuellement en transit entre la décharge et la nappe phréatique débutant malheureusement le processus de contamination des sols et des eaux. Donc c’est peut être aux habitants de Castries, plus nombreux et concernés tout autant que ceux des communes environnantes, de venir s’opposer à l’amplification de cette calamité en soutenant le collectif « non à la décharge ».

Lu 2513 fois Dernière modification le vendredi, 03 février 2017 14:11