jeudi, 16 février 2012 00:00

Le Midi Libre, Edition de Teyran

Écrit par

Le Midi Libre, Edition de Teyran

(Cliquez sur l'article pour le visualiser et le télécharger)

Les opposants a l extensiondeladechargedeCastriessemobilisent   Teyran page1

jeudi, 16 février 2012 00:00

Le Midi Libre Edition de Saint Drezery

Écrit par

 Le Midi Libre Edition de Saint Drezery

(Cliquez sur l'article pour le visualiser et le télécharger)

Saint Drezery Page 1

Derniers articles dans la presse (Cliquer sur l'article)

Le Midi Libre du 10 Février

(version largement modifiée par rapport à l'article du 8 janvier supprimé)

ML10février reunion Castries

Le Midi Libre du 8 Février 2012 (Edition Castries)

A la demande du Journal Le Midi Libre, cet article ne doit pas paraitre

Nous sommes désolés pour ce contre-temps


Le Midi Libre (Edition Castries)


Le Midi Libre  (Suite au vote du Conseil Municipal)

Je suis également étonné que Sussargues ne soit pas consulté par l'avis d'enquête publique.

Le versant Sud est à moins de 2km de l'Arbousier ; certes les vents nous sont plutôt favorables hors tourbillons et cisaillants mais je trouve que ces derniers temps les mouches bleus fluo sont obèses et le dépôt laissé sur les voitures après une pluie est très gourmand en couleurs ...

Les risques d'incendies et de dévalorisation immobilière sont évidents pour Sussargues aussi.

N'y a-t-il pas vice de forme et de fond concernant la non consultation de villages exposés aux nombreuses nuisances déjà constatées, prévisibles et dont l'aggravation est planifiée ?

Un Sussarguois

Rendant récemment visite à des amis résidents à Castries, mon épouse et moi même avons été désagréablement surpris par une forte agression olfactive.

Après renseignement auprès de nos hôtes, il s'avère que cette puanteur vient de la décharge se trouvant à proximité de chez eux.

Habitant nous même dans une région située entre la chaine du Jura et des Alpes, nous sommes habitués à respirer un air non pollué, et c'est pourquoi, apprenant le soulèvement très légitime des habitants de la région subissant cette puanteur, je me décide donc, à apporter mon modeste soutien à cette cause.

Pour info, notre région serait classée parmi la meilleure de France concernant le tri des déchets. Et courant 2013, une redevance incitative basée sur le volume de déchets produit par chaque ménage sera mise en place; cette démarche répond au principe de  pollueur-payeur, avec chaque bac muni d'une puce électronique qui sera enregistrée sur chaque véhicule de collectes, et c'est le nombre d'ouvertures du bac qui sera comptabilisé pour la facturation.

J'espère que mon  soutien vous sera de quelque utilité, et  ne manquerai pas de me tenir informé du déroulement des évènements.

A lire ces tags, des âmes sensibles se sont irritées.

Mais demain, combien auront les YEUX IRRITES, les VOIES RESPIRATOIRES IRRITEES ? voire plus grave encore…

En effaçant les tags, ils ont effacés des mots, mais pas NOTRE COLERE ...
CE N'EST QU'UN DEBUT. L'usine à gaz commence à peine à fonctionner.

Nous sommes avertis : l'enquête le dit.

=> 2016,  ce sera le pic de production du premier casier.
=> 2021 le pic de production du deuxième casier, et ainsi pour des dizaines d'années après.

On va en prendra plein les yeux et plein le nez. Faut bien le dire aux voisins. 

Le nuage de gaz nauséabond ne s'arrêtera pas à Teyran. Jacou, Clapiers, Sussargues, Le Crès  ne seront pas épargnés !
LA COLERE GRONDE !!!
BOUGEONS - ADHERONS  - MANIFESTONS

Sinon nos enfants nous le reprocheront ...

Un indigné en colère

Bonjour,

Juste pour témoigner de l’odeur nauséabonde .

Habitant le clos des Oliviades à coté des Pompiers, souvent le matin, lorsque j’ouvre mes volets on sent cette odeur désagréable de fermentation.

Certains de mes voisins ne se sont pas génés de le signaler à la mairie.

De plus étant VTTiste tous les dimanches, lorsque l’on passe dans le secteur de la décharge l’odeur est parfois insoutenable.

Donc je plains sérieusement les habitants de Guzargues qui sont au plus de cette décharge soi disant de déchets ultimes.

Avec les voisins ça nous fait bien rire.

On s’est tout simplement fait tous couillonner par nos élus.

On peut dire aujourd’hui que nous sommes le dindon de la farce.

Un habitant du clos des Oliviades.

Page 5 sur 6