Suite aux nombreux articles parus dans la presse concernant la décharge de Castries, laissant craindre une réouverture du site pour l’enfouissement des déchets, ACiDC a demandé un rendez-vous aux différents maires des communes concernées par cette décharge.

ACiDC remercie les maires de Castries, Guzargues, Montaud et Saint-Drézéry de nous avoir reçu.

Ces maires nous ont annoncé que la métropole les a assurés qu’il n’y aurait pas de 3ème casier.

Fort de cette information, ACiDC a adressé le 4 Février dernier un courrier à Michaël Delafosse, Président de la Métropole lui demandant de nous confirmer la fermeture définitive du site.

 A ce jour, nous n’avons reçu aucune réponse.

Au cours de ces entretiens, plusieurs sujets ont été abordés :

  1. 1. Le suivi de la décharge et son impact sur l’environnement : 

             

Devant nos questions (dysfonctionnement de la torchère, présence de métaux lourds dans les eaux souterraines en aval de la décharge, présence de buses sortant du casier, …) les maires vont demander la tenue d’une Commission de Suivi de Site (CSS) pour que l’exploitant réponde à nos interrogations.

Le maire de Montaud maintient que le site est favorable à l’implantation d’une décharge et il adhère totalement aux dires de l’exploitant : la nappe phréatique est très en dessous des casiers, aucun risque d’ennoiement, l’exploitant a parfaitement sécurisé le site contre toute pollution des eaux souterraines, le nombre de piézomètres et le nombre d’analyses des eaux souterraines sont amplement suffisants, l’augmentation des concentrations en métaux en aval du site est d’origine naturelle …

(A l’entendre il n’y a aucune raison pour qu’un casier 3 ne soit pas ouvert …).

Les maires de Castries, de Saint Drézéry et de Guzargues ne se prononcent pas sur l’impact environnemental de la décharge mais reconnaissent que les nuisances, surtout olfactives, ont été très importantes durant l’exploitation de la décharge et que même après la fermeture les odeurs perdurent.

Avenir du site :

La métropole a acheté pour un prix inconnu, le site de la décharge (10 ha) et apparemment, en plus, le trou au nord dans le prolongement du casier 2.

L’inclusion de cette surface supplémentaire est à confirmer.

Jusqu’à présent 3M payait une redevance au GFA ELLUL, propriétaire, pour l’occupation du site.

Si une extension de la décharge n’est pas à l’ordre du jour, aucun arrêté préfectoral n’a toujours pas été pris pour encadrer la réhabilitation du site.

Un tel arrêté devant être pris dans les 2 ans suivant la fermeture, la préfecture a jusqu’en novembre 2021 pour le prendre. 

Dans le cadre de sa nouvelle politique de gestion des déchets, la Métropole envisage, entre -autre, d’installer une plateforme de compostage sur le site mais pour l’instant nous n’avons pas d’information concrète sur cette nouvelle utilisation du lieu.

Le maire de Castries et le maire de Montaud ont évoqué le stockage des bio-déchets de la poubelle orange, éventuellement mélangés avec des déchets verts sur le parking à l’entrée de la carrière sur une surface 1 000m2.

  1. 2. Le déplacement des stocks du carrier pour libérer le fond de fouille :

            Les maires découvrent que le carrier a l’intention de stocker ses matériaux et stériles, les matériaux invendables à l’extérieur du site, dans le lit d’un cours d’eau temporaire, afin de libérer le fond de fouille.

Aucun maire n’a lu le bilan d’activité du carrier, ni notre mail adressé aux membres de la CSS demandant avec insistance plus d’informations et une tenue de la CSS.

Nous les avons également informés que le carrier avait déposé en préfecture une étude hydrogéologique en complément de dossier de demande de création de plateforme de stockage.

Le maire de Montaud va demander cette étude mais a refusé de s’engager à nous en fournir une copie.

Les maires vont se renseigner pour savoir si un arrêté préfectoral autorisant l’extension de l’emprise du carrier a été pris.

Lors de notre rencontre Madame le Maire de Saint Drézéry a proposé de se faire notre intermédiaire, à l’issue de notre « tour des maires » pour organiser en mairie une rencontre avec François Vasquez, Vice-Président à la Métropole en charge de la gestion des déchets.

Nous sommes favorables à une telle rencontre qui nous permettra d’approfondir ce dossier et nous l’espérons, d’obtenir des réponses concrètes à nos interrogations et au devenir de la décharge.

En conclusion, nos démarches ont été utiles, elles ont maintenu la pression médiatique et permis d’avoir quelques informations importantes :

-       Tous les maires affirment que le 3éme casier ne sera pas ouvert, mais le Président de la Métropole seul décideur en la matière ne le confirme pas.

-       Même si ce 3ème casier n’est pas ouvert, nous courrons tout droit vers une plateforme de compostage pouvant recueillir les bio déchets de notre secteur et des déchets verts.

Tout cela confirme notre nécessité de rester vigilants et mobilisés afin de peser sur les choix qui vont être fait par la métropole dans notre secteur.

Le 2 Mars 2021.

Trouvez ci-dessous trois documents à télécharger

  • Confirmation de la fermeture de la décharge
  • La vérité sur la décharge (sources : La Gazette)
  • Article du MidiLibre du 30 janv2021
Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (CONFIRMATION FERMETURE DEFINTIVE.pdf)Confirmation[ ]57 Ko
Télécharger ce fichier (LA VERITE SUR LE DECHARGE - LA GAZETT.pdf)La verité sur la decharge[ ]1032 Ko
Télécharger ce fichier (ML 30 Janvier 2021.pdf)Midi Libre du 30 janvier 2021[ ]135 Ko